Bull-dozers administratifs contre yourtes, etc.

Publié le par L'Art de Vivre Libre

Message relayé

Habitats modestes et légers

et Droit au logement Opposable.


Quelques précurseurs de la société post industrielle inaugurent discrétement, dans nos campagnes, un style de vie sobre et cohérent, autonome et responsable: par necessité ou par choix, de plus en plus de personnes s'installent à demeure dans des habitats légers, alternatifs, particulièrement des yourtes.

Cet exode en légèreté démontre les capacités d'auto-organisation, d'ingéniosité, de rebondissement, de prise en charge de sa propre vie par des personnes considérées jusque là comme inutiles, subversives, improductives ou en échec social.

Pourtant, face à cette saine inventivité, en Pyrénées Orientales, le prefet a inventé une charte de «bonne conduite» pour normaliser le fichage des cabanes, la délation administrative pour EDF, la CAF et la Chambre des Notaires, le refus de branchement aux réseaux d’eau, d’électricité et de téléphone pour les Maires, au prétexte d’une «lutte contre l’exclusion et l'habitat indigne ».

Sur la côte, aprés détection par photos aériennes, les communes, la SAFER, le Conservatoire du littoral et les Départements rachètent, préemptent ou exproprient les terrains pour détruire systématiquement tout habitat hors norme.

En Cevennes, s'alliant à la spéculation immobilière, la DDE et la justice, en guise d'application du Droit au logement opposable, s'attaquent aux habitants modestes et tranquilles vivant sous leurs yourtes, celles ci ayant l'impertinence d'offrir un habitat familial à moindre coût et d'échapper au permis de construire. Des proçés abusifs sont intentés contre paysans et auto-constructeurs. Déboutée, la DDE fait alors pression sur les propriétaires pour provoquer des expulsions.

En moins d'un an, dans nos seules Cevennes, voici le troisième procés contre des habitants sous yourtes: aprés Alain et sa yourte en bambou en Novembre 07, aprés Eric et sa yourte sur pilotis en Avril 08, c'est au tour de Sylvie, qui vit depuis plusieurs années, avec l'accord du maire et de la poplulation locale, sous sa yourte en patchwork à Besseges.

Un grand rassemblement d'habitants sous yourtes et de sympathisants se tiendra donc pour ce procés au tribunal d'Alès le Vendredi 25 Juillet à 9 heures, afin de soutenir ce mode de vie écologique et social comme réponse populaire responsable à la crise économique et la crise du logement.

Ce rassemblement se veut très symbolique: invitation à venir habillé de rouge et de blanc, les couleurs du coquelicot et de la marguerite, representant la simplicité et l'innocence, venir aussi avec un bouquet de fleurs champêtres ou une marguerite. Les pétales de la marguerite representent la convergence des perches du toit de la yourte comme image de la solidarité citoyenne, tandis que le coquelicot represente le milieu champêtre préservé où s'inscrivent les habitats modestes et légers, cette fleur fragile ne pouvant s'épanouir que dans des prairies et des champs de blés sans pesticides ni OGM.

Le procés sera suivi d'une porte ouverte au Cantoyourte, à Besseges, à partir de 16 heures, avec un débat à 18 Heures sur le thème «Habitats modestes et légers en milieu rural», suivi d'un pique nique participatif et festif.


Sylvie Barbe, de Yurtao, la voie de la yourte. (www.yurtao.canalblog.com).

Cantoyourte, la Cantonade, 30160 Besseges. 04.66.54.84.77.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article