Un homme debout parle d'un homme qui se lève...

Publié le par L'Art de Vivre Libre

Michel Dogna parle
de Jean-Marc Governatori


Retranscription d'un article tiré de la revue Nouveaux Horizons Santé de Michel DOGNA
N° 36, Novembre Décembre 2005 - www.horizonsvirtuels.org

«Une opportunité politique inespérée.»

Jusqu'ici, j'ai toujours clamé haut et fort mon aversion pour la politique. Mieux, je n'avais pas voté depuis plus de 20 ans avant de sortir de ma tanière pour contrer la recette malhonnête de la nouvelle Europe.
Cette éternelle mascarade gauche-droite m'a toujours donné la nausée: en effet, ses acteurs politiques ficelés dans la toile d'araignée des influences et chantages des grands lobbies mondiaux, ne peuvent agir que par des recettes d'expédients à court terme, et sont essentiellement préoccupés par la durée de leur mandat.

Par ailleurs, depuis des années, je crie ma consternation de constater qu'avec plus de 600 associations de santé existantes en France, nous n'ayons jamais été capables de monter une grande fédération nationale qui soit assez musclée pour contrer la dictature des lobbies pharmaco­chimiques, permettre le libre choix thérapeutique aux citoyens et faire cesser les manœuvres d'occultation et de discrédit des pouvoirs en place, sur tout ce qui tourne autour des médecines alternatives et la santé naturelle.

Lorsque l'on voit le poids que représente la fédération nationale des chasseurs, il n'y a vraiment pas de quoi parader, à croire que la passion de tuer des animaux soit plus respectable que celle de la liberté fondamentale du citoyen de disposer librement de son corps. Des tentatives ont pourtant été effectuées, en particulier à partir de la Bretagne, telle celle de la FAS (Fédération des Associations de Santé). Mais les guerres de clochers, le manque de moyens, et peut-être aussi l'absence d'un leader rassembleur suffisamment «moustachu» ont fait stagner les choses, ceci pour le plus grand plaisir des collabos du gouvernement mondial.

Je m'étais donc résigné à observer froidement la grande décadence de la santé publique, laissée aux mains exclusives des puissants marchands de chimie, avec des hommes politiques n'étant soutenus par aucune volonté nationale, la plupart des citoyens étant tenus dans l'ignorance, le mensonge et la crainte. Que faire face à une majorité qui fonce droit dans le mur, sous le charme équivoque du «chant des sirènes»? Aussi, me contentais-je, depuis quelques temps, de dispenser des tuyaux de «survie» pour ceux qui ont des yeux pour lire et des oreilles pour entendre, abandonnant les indécis et les prudents à leur douloureux destin.

Mais voici qu'un homme apparaît, tout à fait inattendu.
II a les mêmes objectifs que nous, la même vision du monde, la même lucidité, la même moralité.
II est encore relativement jeune, c'est un végétarien super-dynamique, qui a misé toute sa fortune personnelle afin de rassembler tous ceux qui sont dans notre mouvance, pour les présidentielles de 2007, et il n'accepte aucune sponsorisation.
II s'appelle Jean-­Marc Governatori.
II a créé un «parti» atypique qui s'appelle «La France en Action».
II a déjà rassemblé plus de 300.000 adhérents, ce qui l'amène dans les 10 premiers partis de France. II sélectionne les têtes de file de tous horizons, mais d'abord et avant tout humanistes.
II m'a contacté, nous nous sommes rencontrés, et j'ai été conquis par l'homme.

JEAN-MARC GOVERNATORI est un homme clair, efficace, et d'une grande écoute.
Son but: atteindre 1 million d'adhérents d'ici les élections de 2007 (l'adhésion est gratuite).
S'il y arrive, le décor politique qui tourne en rond depuis trop longtemps, basculera.
Je lui ai suggéré le principe de conseils de sages qui auraient leur place au milieu des commissions ministérielles, ainsi que cela se pratiquait dans la plus haute antiquité.
Cela éviterait des options dangereuses et irréalistes que nous connaissons actuellement, sous l'éclairage exclusif de technocrates aveuglés par les aspects purement techniques, sous estimant les conséquences environnementales et ignorant les incidences sur la santé publique.
Monsieur Governatori est ouvert à cette suggestion.

Chers amis lecteurs, après avoir lu avec beaucoup d'attention les 15 points de la charte de La France en action, et effectué le contact «d'âme à âme» avec cet homme, je pense sincèrement qu'il représente une opportunité à ne pas laisser passer, susceptible de dévier notre fatale trajectoire.

Nous sommes fatigués d'entendre les fausses promesses de sécurité et de plein emploi.
Ici, il s'agit d'abord et avant tout de santé naturelle, d'agriculture biologique, de défense de la nature et des animaux, de remise en question de la formation scolaire, afin de fabriquer des belles âmes plutôt que des ordinateurs à deux pattes, bref, d'humaniser notre société décadente, contrairement au flicage à l'américaine qui s'installe depuis quelques décennies.

Utopiste?
Je ne le crois pas lorsque je sais que Jean-Marc Governatori a été élu meilleur gestionnaire de France pour l'emploi, par Monsieur Raffarin.

De la politique humaniste, je crois que c'est ce que nous attendons tous, et que nous n'espérions plus. Hésiter, pourquoi? Nous n'avons rien à perdre alors que le bateau coule.
Nous faisons partie des lucides à large vue, minoritaires (pour l'instant) qui amorçons un feu. II n'y a plus de temps à perdre.
II ne faudrait pas que l'embrasement arrive trop tard. 2007 sera bientôt là.

 

Source: http://www.lafranceenaction.com/presse/textes/michel-dogna_nouveaux-horizons-sante.htm

Publié dans Vivre Libre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article